Le cycle MBSR

Méditation de pleine conscience - Méthode de Jon Kabat-Zinn

 

 

 

                Kesako ? MBSR = Mindfulness-Based Stress Reduction

 

                Mais encore ? Il s’agit d’une méthode développée en 1975 par le Dr Jon Kabat-Zinn. Elle correspond à une adaptation laïque de la méditation bouddhiste qui permet de combattre le stress, l’angoisse et la douleur. Ses effets ont été largement constatés et c’est pourquoi elle est aujourd’hui recommandée en accompagnement de nombreuses thérapies. Sa petite sœur la MBCT (Mindfulness-Based Cognitive Therapy) s’est notamment révélée  plus efficaces que les antidépresseurs dans la prévention des rechutes dépressives.

 

                Et ça dure combien de temps ? Le cycle MBSR dure 8 semaines, à raison d’une séance collective de 2h30 par semaine.

 

                Concrètement je m’engage à quoi ? A pratiquer les exercices tous les jours : un exercice de méditation ‘formelle’, avec ou sans enregistrement (40 min) et éventuellement selon les semaines des exercices ‘informels’, consistant à ressentir l’instant présent lors de conversations ou d’activités quotidiennes.

 

                Mon expérience

 

Bien que je sois consciente de l’engouement que suscite la méditation de pleine conscience, je suis quand même surprise par le nombre important de participants. Nous sommes plus d’une vingtaine dans la salle. Heureusement, l’accueil chaleureux et bienveillant de Corinne nous met rapidement à l’aise.

 

Cela faisait déjà quelques mois que je pratiquais la méditation à ce moment de ma vie, à raison de 15-20 minutes par jour, et j’avoue que la perspective de passer 40 minutes immobile sur ma chaise m’inquiétait un peu. Un jour, j’avais essayé et surtout rapidement abandonné. Il faut dire que la méditation de pleine conscience travaille la patience (qui n'est pas mon point fort). Jamais je n’aurai cru possible de s’attarder aussi longtemps sur les sensations présentes dans un orteil ou sur une émotion sans bouillonner d’impatience et d’ennui. Et pourtant, ça marche.

 

Première séance, mon esprit divague, j’ai beaucoup de mal à me concentrer. Je suis d'ailleurs rassurée quand d’autres personnes confessent lors du débrief avoir involontairement passé en revue leur journée ou préparé leur liste de courses pour le lendemain !

 

Le plus dur reste à venir : il faut trouver un moment pour refaire cet exercice quotidiennement. La discipline n’étant pas ma plus grande qualité, je décide d’avancer mon réveil et de consacrer mes 40 premières minutes de la journée à ce nouveau rituel.

 

Pendant les deux premières semaines, j’ai énormément de mal à rester consciente, j’ai plutôt tendance à m’endormir ou à piquer du nez, bien que pratiquant assise. Mais avec le temps, je constate moi-même les progrès de ma concentration et l’exercice devient de plus en plus plaisant jour après jour.

 

Après les 8 semaines d’exercice quotidien, je me sens plus à l’écoute de moi-même et des autres, un peu plus détendue et moins angoissée, mais surtout, je trouve que mes émotions positives se sont amplifiées et sont plus fréquentes. Je m’émerveille plus facilement devant la beauté du monde : soudain je remarque plus souvent ce rayon de soleil et sa belle lumière qui se reflète sur les pavés ou la forme originale de ce nuage dans le ciel bleu, et je savoure cet instant fugace.

 

 

La méditation de pleine-conscience travaille la présence à soi et au monde à travers différentes voies :

 

 -     La conscience du corps

 -     La conscience de la respiration

 -     La conscience des sons extérieurs et intérieurs

 -     La conscience des émotions

 -     La conscience des pensées (là, ça se complique!)

 

 

Pour plus de renseignements et pour trouver un stage dans votre région, rdv sur le site de l’ADM : http://www.association-mindfulness.org/