OSEZ !

Il n'y a pas de "petite" victoire...

 

 

 

« Un voyage de mille lieues commence toujours par un premier pas. » disait Lao-Tseu. Souvent, nos objectifs ressemblent davantage à des montagnes insurmontables qu’à un sentier plaisant. Alors comment faire pour amorcer un changement positif ? Comment créer la vie que l’on attend  et souhaite si ardemment ?

 

 

Voici quelques éléments de réponse…

 

 

  • En faisant le premier pas, c’est-à-dire en OSANT ! C’est en vous confrontant régulièrement à ce qui vous fait peur ou vous intimide mais qui vous fait envie que vous progresserez le plus vite. Laissez-vous guider par vos intuitions. Ne fuyez plus et sortez de votre zone de confort de temps à autre.

 

 

 

  • Vous pouvez décomposer vos objectifs en sous-objectifs pour que la montagne vous semble moins haute, moins insurmontable. Rome ne s’est pas construite en un jour, rappelez-vous en bien. Chaque sous-objectif est une marche qui petit à petit vous entraîne vers le sommet. C’est bien plus encourageant !

 

 

  • N’ayez pas peur de vous tromper, car « L’échec est la voie du succès ; chaque erreur nous apprend quelque chose. » (Morihei Ueshiba). Qui reprocherait à un enfant de tomber en apprenant à marcher ? Personne, alors ne soyez pas plus exigeant avec vous-même. La vie n’est faite que d’apprentissages et seuls ceux qui prennent le risque de se tromper accomplissent réellement quelque chose !

 

Malheureusement, nous n’avons pas, en France, hérité de la mentalité anglo-saxonne sur ce sujet. Une expérience qui n’aboutit pas est bien trop souvent vue comme un échec, au lieu d’une tentative courageuse et nécessaire pour aboutir à ses fins. Ainsi, celui qui doit fermer l’entreprise qu’il a créée est presque vu comme un raté, la société ne valorisant pas son courage d’avoir essayé. Il aurait été pourtant bien plus facile de rester employé sans prendre le moindre risque non ?

 

 

 

 

« J’ai raté 9000 tirs dans ma carrière. J’ai perdu presque 300 matchs. 26 fois, on m’a fait confiance pour prendre le tir de la victoire et j’ai raté. J’ai échoué encore et encore et encore dans ma vie. Et c’est pourquoi j’ai réussi. »

 

Michael Jordan, l’un des plus grands basketteurs du monde et loin, si loin d’être un loser !

 

 

  • En reconnaissant vos efforts et donc en vous complimentant. Apprenez à être fier de vos accomplissements, aussi petits soient-ils. N’attendez pas que les compliments viennent des autres

 

  • De temps en temps, repensez d’où vous partez. Parfois, on a tellement le nez dans le guidon qu’on ne se rend même plus compte de nos progrès. Ne vous comparez pas à la semaine passée, ni même au mois dernier. Rappelez-vous… Où en étiez-vous il y a un an, cinq ans ? Rendez-vous compte des progrès accomplis !

 

  • Rappelez-vous que quand vous avez le plus l’impression de stagner, c’est que la plupart du temps le travail se fait sous la surface, c’est-à-dire dans l’inconscient. Ne culpabilisez pas si vous vous sentez moins bien de temps en temps et accueillez votre tristesse, déception ou toute autre émotion qui se présente à vous.

 

 

Toutes ces petites choses du quotidien sont une brique de plus à l’édifice que vous construisez pour vous rapprocher de vous-même ! Ne l’oubliez pas.

 

 

 

Ces petits riens qui peu à peu m’ont changée…

 

  • Quand j’ai chanté devant d’autres personnes pour la première fois, toute seule
  • Quand j’ai conduit un scooter
  • Quand je suis partie pour un voyage en mode sac à dos pour la première fois toute seule
  • Quand je suis allée faire une prise de sang de mon plein gré, malgré mes antécédents phobiques
  • Quand j’ai animé mon premier atelier de groupe
  • Quand j’ai osé exprimer mes besoins et mon désaccord à mon supérieur
  • Quand j’ai osé dire à tout le monde que j’écrivais un livre
  • Quand j’ai laissé mes larmes couler pendant un soin, au milieu d’un groupe pendant ma formation
  • Quand j’ai osé rompre
  • Quand j’ai décidé de ne pas rechercher un emploi d’ingénieur
  • Quand j’ai confié mes angoisses et mes peurs, au lieu de me contenter de parler des événements extérieurs
  • Quand j’ai commencé mon carnet de gratitude
  • Quand j’ai commencé à être attentive aux synchronicités, à la beauté de la vie
  • Quand j’ai osé peindre devant d’autres personnes
  • Quand j’ai osé publier cette liste… !

 

 

Auteur : Céline Nickel

Vous pouvez utiliser cet article à condition de le copier dans son intégralité et d'en citer la source (lien vers cette page)